Nouvelle diffusion ce dimanche, de l'entretien que nous avait accordé Romain Dayez, c'était le 29 septembre 2019.

Romain Dayez a tout juste 30 ans.

Baryton, il aurait aussi pu être scientifique, biologiste, vétérinaire, ou pourquoi pas inventeur..., tant cet artiste est curieux de tout.

"A la maison, -nous confiera-t-il-, mes parents n'écoutaient que Bach, de manière quasi obsessionnelle. Je suis venu à l'Art lyrique par le baroque"

Après des études au Conservatoire de Bruxelles, Romain Dayez est reçu au Conservatoire national supérieur de Musique de Paris, où il travaillera avec un Maître de la Musique ancienne: le baryton-basse Alain Buet.

Aujourd'hui, le jeune baryton vit et travaille à Paris. Passionné par tous les répertoires, il se rend compte par exemple, que son goût pour l'opérette, tend à l'éloigner, bien malgré lui de la Musique baroque qu'il adore pourtant.

Nous entendrons néanmoins Romain Dayez dans un superbe opéra de Francesco Cavalli, où l'on se rendra compte qu'il réunit toutes les qualités qu'on attend pour approcher cette musique avec justesse: intériorité, sobriété, style irréprochable, comme par exemple un vibrato raisonné.

Ces dernières années, ce sont pourtant deux genres musicaux qui l'ont occupé. Le premier est l'Opérette, un genre où légèreté du propos ne doit pas se confondre avec cabotinage. Et puis, -nous dira Romain Dayez-, "N'oublions pas que de grands noms se sont intéressés à ce genre musical: Erik Satie, ou Jacques Offenbach, ce dernier ayant à ses heures le génie d'un Jean Sébastien Bach. Les genres musicaux qui ne sont plus défendus par les musiciens risquent de disparaître"

Enfin, et ce sera l'un des sujets principaux de notre entretien, le projet "Le rapt invisible", imaginé par Romain Dayez, a retenu toute notre attention.

Passionné qu'il est de musique électronique, et érudit de la tradition du chant grégorien, Romain Dayez a souhaité se faire rencontrer ces deux styles musicaux au sein de ce projet musical.

" Le chant grégorien a été arrangé à toutes les époques", nous dira Romain Dayez. En compagnie de Baptiste Lagrave à l'électronique, de Fabre Guin, compositeur, de Paul Beynet aux claviers, et de Clément Tranchant, ingénieur du son, on découvre que cette association décuple la force de chacun de ses composants.

Il s'en dégage un objet sonore, tantôt déshumanisé, et c'est là un souhait de Romain Dayez, mais au détour de ce sentiment délibérément rude, on se surprend à se laisser rapidement embarquer dans un voyage poétique, dont on ne connaît pas la destination.

Ce projet "Le rapt invisible", est à découvrir, en public, ce mardi 1er octobre, à 21h, dans le cadre du 1er Festival Musiq'3 Brabant wallon, à la Ferme du Biéreau, à Louvain-La-Neuve.

Romain Dayez, un homme et un artiste cultivé, curieux, et attachant, aux possibilités vocales impressionnantes.

Un artiste dont on n'a pas fini de parler.

Bonne écoute !

Réalisation et présentation: Laurent GRAULUS