Les pays les moins avancés (PMA), nations les plus pauvres du monde, devraient veiller à ce que les financements extérieurs soient dédiés aux priorités de leur développement national, selon un rapport de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED).

D'après l’agence onusienne, l’aide publique au développement (APD) continue d’être biaisée en faveur des secteurs sociaux, qui absorbent 45% de l’aide totale, alors que les secteurs de l’infrastructure économique et de production ne reçoivent respectivement que 14% et 8%.