Le syndrome de la page blanche, vous en avez sans doute entendu parler. Aussi désigné par le terme barbare de leucosélophobie, c’est un trouble psychique de l'écrivain, ou d'autres artistes, se présentant comme l'impossibilité de commencer ou de continuer une œuvre.
Dit plus simplement, c'est la peur de mal faire !
L’inspiration en panne sèche, et une angoisse tellement envahissante que les mots ne parviennent plus à sortir.

Se retrouver face à une feuille ou un écran, sans parvenir à écrire quoi que ce soit, cela peut s'appliquer à l'écrivain, mais aussi à l'étudiant planchant sur le sujet de philosophie au BAC de l'année ou bien encore, me concernant, lors de la rédaction d'une chronique musicale.

C'est dans cette ambiance et ce contexte là que ce premier billet de rentrée avec le sujet des bienfaits de la musique s'est imposé à moi. Pesant au départ par crainte de cette page blanche, mais passionnant au final puisque structure, mots et idées ont commencé à couler de source, durant la nuit qui fût certainement la plus chaude et insupportable de cet été caniculaire.

« Sans Dieu, sans poésie, sans musique, sans art... Petit à petit, la mort ! » clame Sivi le poète.

C'est Platon qui aborde la musique dans un dialogue fameux : au troisième chapitre de « La République ». Il en fait une partie essentielle de l’éducation.
Je cite : « Si la musique est la partie maîtresse de l’éducation, n’est-ce pas, parce que le rythme et l’harmonie sont particulièrement propres à pénétrer dans l’âme et à la toucher fortement. En les recueillant joyeusement ainsi pour en faire sa nourriture et devenir un honnête homme, on repousse justement les vices, on les hait dès l’enfance, avant de pouvoir s’en rendre compte par la raison. Et quand la raison vient, on l’embrasse et on la reconnaît comme une parente, avec d’autant plus de tendresse qu’on a été nourri dans la musique. » 
Ailleurs, le philosophe grec dira : « La musique donne une âme à nos cœurs et des ailes à la pensée. »
Aristote qui a été l’élève de Platon a une conception de l’art similaire à son maître. N’est-ce pas lui qui, le premier, utilise la célèbre maxime : « La musique adoucit les mœurs »
Enfin, je ne peux résister à l’idée de vous glisser cet aphorisme fameux d’Emmanuel Kant : « La musique est la langue des émotions »

Mais écartons-nous à présent de tout propos philosophiques !
Il m’est déjà arrivé d’effleurer cet aspect des bienfaits de la musique dans d'autres chroniques, sans en avoir cerné bien sûr tous les aspects.
Les vertus de la musique sont de plus en plus reconnues et mises en valeur, à tel point que le milieu médical l'utilise à des fins thérapeutiques. On appelle cela la musicothérapie ou l’art de soigner par la musique. Une discipline qui est née au 20ième siècle, en France et en Europe et qui tend à se développer partout.
Réduction du stress et de la douleur, baisse de certains effets secondaires de traitements anticancéreux, augmentation de l'activité du corps, stimulation de l'intelligence et, et ça fait maigrir… tels seraient quelques-uns des bienfaits de la musique !

Que ce soit en période périnatale, au moment de l'accouchement, en période de crises profondes ou de maladies graves, la musique peut aider les patients à surmonter plus facilement les évènements et les douleurs.
Elle a parfois cette faculté de promouvoir, maintenir, restaurer la santé mentale, physique, émotionnelle et spirituelle.

La musique a des qualités non-verbales, créatives, émotionnelles et structurelles.
Elle est notamment utilisée avec les enfants autistes, ainsi qu'en psychiatrie, avec les patients atteints de schizophrénie ou d'addictions.
Dès l’Antiquité, les Hébreux l’utilisaient déjà pour ses vertus relaxantes. En témoigne la harpe du berger et poète David qui calmait les crises d’angoisse du roi Saül.
Employée au confort dans les maisons de retraite, les hôpitaux et garderies, de nombreux effets ont été détectés.

La musique fait réagir les hémisphères du cerveau avec un effet direct sur le corps. Au contact d’une musique douce ou classique, le rythme cardiaque ralentit, la tension artérielle diminue, tout comme les niveaux d’hormone du stress. La respiration devient plus profonde et régulière.  

Déjà dans le ventre de sa mère, le fœtus à qui l’on fait écouter de la musique se sent apaisé. Ou tout comme un nourrisson, à qui l’on chantera une comptine, peut arrêter de pleurer.
Tout au long de la croissance d’un individu, la musique influerait de manière non négligeable sur la concentration, l’apprentissage, la connaissance du corps, la respiration, la créativité, l’habilité, l’éveil artistique, et bien d’autres domaines.

Écouter de la musique fait donc ressentir à de multiples personnes un profond bien-être. Elle fait d’ailleurs tellement de bien que l’OMS est désormais convaincue de ses bienfaits et les reconnaît. En s’appuyant sur environ 900 études, elle a publié récemment un rapport consacré aux effets positifs de l’art dans son ensemble.

Ceci étant dit, d’aucuns m’opposeront aux vertus de la musique, celle du silence. Cet état où notre cerveau est moins sollicité pourrait tout à fait faire l’objet d’un autre billet.
« La musique décore le silence » affirmait le compositeur et chef d'orchestre autrichien Gustav Mahler.

Je termine définitivement ce propos avec deux autres citations :
De Victor Hugo : « La musique...est la vapeur de l'art. Elle est à la poésie ce que la rêverie est à la pensée, ce que le fluide est au liquide, ce que l'océan des nuées est à l'océan des ondes. » 

Et en guise de conclusion, celle du médecin, musicien, scientifique et théologien chrétien Albert Schweitzer qui en dit peut-être plus que tout ce que je vous ai raconté aujourd'hui sur les bienfaits de la musique : « Il y a deux moyens d'oublier les tracas de la vie : la musique et les chats. »
Belle journée à vous…en musique !
« Dieu descend à terre aussi naturellement que la musique de Mozart monte au ciel, mais il nous manque l'oreille pour l'entendre. » Christian Bobin

Liens : (Fonds musicaux + extrait de fin)

The World's Sax Project - Halleluia (Feat Eric Marienthal)
https://youtu.be/wGEHHurJ6R0

Chet Baker - Over the rainbow (Rome 1962)
https://youtu.be/voZSr_yWaeU

Pentatonix - Hallelujah
https://youtu.be/LRP8d7hhpoQ

Durée : 8mn