Quand ça va mal, une des solutions naturelles c’est sûrement de s'anesthésier !
Lorsque la vie ne nous est pas propice, lorsqu'on fait face à des difficultés, qu'on souffre… et bien de manière quasi automatique, on a envie de fuir tout ça ! On a envie que ça disparaisse ! Et il y a là comme un instinct de survie ! Face à la douleur, on a envie de s'anesthésier afin de ne plus sentir, afin de ne plus ressentir ...
Comment me direz-vous ? Mais de bien des manières !!!

On peut faire le choix de l'anesthésie locale. Voici quelques options possibles : on peut faire le plein, voir l’excès de jeux vidéos, de films, de séries, de sport, de sorties en tout genre, de recherche de sensations fortes…
Ou il y a aussi la possibilité de l'anesthésie générale : le black out total ! On oublie tout, on enterre bien profondément tout ce qui nous fait mal.

Est-ce que ça marche ?
Et bien comme l'anesthésie en médecine, il peut y avoir un réveil douloureux !
Fuir le mal être, fuir notre souffrance en s'anesthésiant n'est pas vraiment efficace...
Car au lieu de régler le problème, de trouver une voie de guérison, on enfouit les choses, on ne les fait pas vraiment disparaître !
Si on prend l'exemple des jeux vidéos ou des films, et bien on s'enfonce dans un monde virtuel, un monde hors de notre réalité, qui ne nous offre aucune véritable solution. Ni justice, ni réparation, ni paix, ni apaisement, ni fin de la souffrance. Sur le coup, ça fait effectivement son effet… ça fait du bien, ça nous empêche de trop penser et de trop souffrir... ça nous fait voyager sous un ciel plus agréable. Mais ce ciel n’est pas réel ! Et il faut à moment donné atterrir dans notre réalité. La douleur et la peine ont pu être occultées quelques instants, mais à l'atterrissage, au réveil, ça fait toujours mal ! Rien n'est réglé. La souffrance est bien présente, lancinante.

Mais alors, quelles solutions s'offrent à nous ?
La meilleure est sûrement de faire face à nos situations douloureuses, faire face à nos émotions, afin de pouvoir vivre avec, les traverser, et même les dépasser.
Mais quelque soit l'étape du processus, notre meilleur recours est de faire appel au Dieu de la Consolation, au Dieu de la Justice, au Dieu qui se tient près de nous pour tendre l'oreille, et nous ouvrir ses bras.
Et voici un extrait de Bible, qu’on trouve dans le Psaume 73 :
“O Dieu, je suis toujours avec toi, et tu m’as saisi la main droite. Par ton conseil, tu me conduis, puis tu me prendras dans la gloire. Qui ai-je au ciel, si ce n’est toi ? Et que désirer d’autre sur cette terre car je suis avec toi ? Mon corps peut s’épuiser et mon cœur défaillir, Dieu reste mon rocher, et mon bien précieux pour toujours.
Mon bonheur à moi, c’est d’être près de Dieu. Je l’ai pris comme refuge et je raconterai toutes ses œuvres.”

Dieu ne désire pas nous anesthésier mais nous guérir. Il est ce précieux soutien, qui au sein de nos tempêtes intérieures, se tient près de nous pour nous consoler, nous relever et nous guider. S'approcher de Lui est sûrement notre plus grand bien !
Durée : 4mn