Festival fondé en 1989 à Bruxelles, Ars Musica défriche, à travers le monde, la musique de création d’aujourd’hui. Avec le temps, des oeuvres prestigieuses de Laurie Anderson, Pierre Bartholomée, Luciano Berio, Philippe Boesmans, Pierre Boulez, Jean-Paul Dessy, Jean-Luc Fafchamps, Jacqueline Fontyn, Philip Glass, Gÿorgy Ligeti, Thierry De Mey, Steve Reich, Claire-Mélanie Sinnhuber ou Iannis Xenakis y ont été présentées.


Structurée autour d’une thématique (le Japon, la science, la voix, …), chaque édition du festival expose autant la curiosité musicale que la cohérence de l’ouverture défendue par Ars Musica. Commanditaire d’oeuvres nouvelles, mais aussi espace privilégié de transmission, de diffusion et de pédagogie, Ars Musica apparaît comme un festival résolument prospectif de la musique de création.

Équilibre idéal entre les mathématiques et la composition musicale, renouvellement de la recherche sonore par les ordinateurs et la technologie, poésie de l’imaginaire des étoiles et du cosmos, la science, qui entretient des relations denses et fructueuses avec la musique, sera en 2022 la thématique d'Ars Musica, biennale internationale de la musique de création. Qu’elle soit une méthode de travail ou un objet de rêverie, la science a toujours offert une multitude d’entrées inventives à la création artistique et musicale.

Avec la programmation 2022 d'Ars Musica, l’objet scientifique traverse, entre autres œuvres, une improvisation sur des écrits de Galilée (Et pourtant elle tourne), un opéra mythique sur Albert Einstein (Einstein on the Beach de Philipp Glass), un goût visionnaire pour le cosmos (Apollo de Brian Eno) ou pour la science-fiction avec Jean-Luc Fafchamps, mais encore une recherche sur les croisements poétiques, artistiques et « robotiques » entre images et sons dans un cinéma futuriste (Metropolis de Fritz Lang, par Martin Matalon). C’est aussi en présence de Laurie Anderson, dont l’album Big Science a quarante ans en 2022 et donne son titre à cette édition d'Ars Musica, que la science se déclinera comme un vecteur, dynamique et transdisciplinaire, de la musique de création.

À l’orée du troisième millénaire, nourrit de nombreux espoirs et inquiétudes… Dès lors, toutes les pratiques musicales, sonores, expérimentales et de recherche : minimalistes, improvisées, savantes, électroniques, mais aussi de type « installations sonores » ou théâtre musical lui semblent reliées comme des affluents ! L’objet scientifique traverse la diversité du monde en exposant la curiosité que la biennale Ars Musica défend : l’invitation à un voyage sonore, musical et cosmique.

 

Embarquez pour un voyage musical expérimental :
Ars Musica - BIG SCIENCE du 18.11 au 2.12

La musique comme expérimentation… Rendez-vous de la création musicale, le festival Ars Musica se déroulera cette année du 18 novembre au 2 décembre 2022. Le thème de la science est le fil conducteur de cette nouvelle édition, intitulée BIG SCIENCE. Recherche sonore reposant sur des technologies nouvelles, ou objet de rêverie sur le cosmos, la science a toujours proposé une multitude d’entrées, inventives et prodigieuses, à la création musicale contemporaine. Les concerts de cette nouvelle édition nous emmèneront au travers de rêves éveillés aux imaginaires désarçonnants, avec Laurie Anderson, Georges Aperghis, Brian Eno, David Krakauer, Martin Matalon, Jean-Luc Fafchamps ou encore Philip Glass… Un festival d’exception qui cultive avec dextérité découvertes et moments inédits !

BIG SCIENCE, c’est aussi un hommage à l’album devenu « culte » de Laurie Anderson, publié il y a tout juste quarante ans, en 1982. Pour Bruno Letort, directeur d’Ars Musica, « l’expérimentation d’avant-garde de BIG SCIENCE est, toujours en 2022, d’une impressionnante actualité visionnaire ». Invitée d’honneur du festival, Laurie Anderson, compositrice et plasticienne, poétesse et expérimentatrice, proposera deux concerts (dont un avec le Brussels Philharmonic), une installation avec Hsin-Chien Huang : To the Moon, ainsi que la projection de deux films à Bozar (Heart of a Dog et Home of the Brave).
 

L’édition 2022 présente la science comme un vecteur dynamique, expérimental et transdisciplinaire de la musique de création. Ainsi, en est-il du ciné-concert, ouverture du festival avec le Brussels Philharmonic où l’objet scientifique rencontre l’un des premiers croisements artistiques et « robotiques » du cinéma (Metropolis de Fritz Lang, sur une musique de Martin Matalon, le 18/11 à Bozar). D'autres variations sur le thème de la science sont ensuite à découvrir : autour la figure musicale d’Albert Einstein (Einstein on the Beach de Philip Glass par Ictus et Suzanne Vega, le 30/11 à Bozar), à travers un goût visionnaire pour le cosmos (On Mars, qui associe la musique de Brian Eno à l’univers graphique de François Schuiten le 19/11 au Planétarium), ou encore dans les improvisations technologiques et vidéos qui accompagnent le concert de David Krakauer et Kathleen Tagg (le 22/11 aux Halles de Schaerbeek). Autre temps fort, dans un festival qui en comptera de nombreux : la rencontre entre des écrits de Galilée et des pièces de John Cage ou de Meredith Monk (Et pourtant elle tourne, le 20/11 aux Brigittines).

Le cinéma se forge encore une place prépondérante avec la création mondiale de la symphonie Ombres célestes de Jean-Luc Fafchamps, lors d’une soirée consacrée à la musique de films de science-fiction le 25/11 à Bozar: l'occasion de se délecter des grands classiques du genre avec les thèmes de La Planète des Singes, Rencontre du troisième type et l'incontournable ouverture de 2001. L’Odyssée de l’espace. C’est cette même veine cinématographique, qui a été source d’inspiration pour le compositeur Frédéric Verrières. Sa nouvelle création, Screening, présentée le 22/11 à La Raffinerie, se base sur les mots d’Alfred Hitchcock, qui deviennent partition gestuelle et sonore. Quant à Georges Aperghis, il fait résonner, dans son œuvre Migrants cette perspective des relations créatrices entre les arts en citant le roman de Joseph Conrad Au coeur des ténèbres (1899), ouvrage qui sonde la part obscure qui sommeille en chacun de nous, et questionne le rapport de l'homme au mal (le 24/11 à Bozar).
Enfin, c’est avec la deuxième édition du Bal contemporain qu’une question heureuse et ludique sera posée : « comment danser sur de la musique contemporaine ? ». Le premier Bal contemporain en 2019 avait été un vif succès. Cette année, c'est l’Ensemble Spectra qui se produira le 26/11 à la Maison du Peuple à Saint-Gilles pour conduire le bal !
 
À l’orée du troisième millénaire, la science nourrit de nombreux espoirs et inquiétudes… Cependant, mâtinée de transdisciplinarité musicale et de pop, l’édition BIG SCIENCE esquisse une invitation à un voyage musical, expérimental et cosmique.

 

Playlist :

Laurie Anderson : Big Science (Big Science - Warner Bros. Records - 1982)  

Brian Eno With Daniel Lanois & Roger Eno : Stars (Apollo - Atmospheres & Soundtracks - EG - 1983)  

Krakauer & Tagg : November 22 (Breath & Hammer - Table Pounding Records - 2020)  

Martin Malon : Metropolis (IRCAM: Les Années 90 - IRCAM - 1998)

Philippe Boesmans Arditti String Quartet : Summer Dreams (Summer Dreams, Ornamented Zone, Love and Dance Tunes  - Ricercar - 1998)  

Giya Kancheli : Exil (Exil - ECM New Series - 1995)