C’est aujourd’hui la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Une journée qui résonne particulièrement en Afrique du Sud, l’un des pays les plus dangereux au monde.

Les femmes y sont particulièrement visées, une statistique fait froid dans le dos : un quart des femmes sud-africaines sont agressées sexuellement. Au point que leur protection a été dressée comme cause nationale par le président Cyril Ramaphosa. C’était il y a deux mois, après le meurtre d’une étudiante de l’université du Cap qui avait provoqué un vif débat dans la nation arc-en-ciel. Les langues se sont déliées, y compris celles de certains hommes. Dans le township de Soweto, l’ONG Action Break Silence se concentre justement sur l’éducation des jeunes garçons sud-africains.