Au Bénin, Ouidah, ex-port d’embarquement des esclaves, berceau de la religion vaudou, clôture les célébrations de la fête du 10 janvier. Le vaudou va se donner en spectacle, autour de l’arbre de la panthère, un arbre vénéré, aussi impressionnant qu’un iroko centenaire. Le chef exclusif de la religion vaudou au Bénin a présidé la cérémonie.

Partie du Bénin, cette religion est arrivée en Haïti et au Brési. Persécutée dans les années 72 par le pouvoir marxiste du Bénin, l’ancien président Nicéphore Soglo va la réhabiliter en instituant une fête annuelle du vaudou célébrée tous les 10 janvier. Depuis le vaudou est choyé, le président Patrice Talon l’a inscrit en bonne place dans l’offre touristique avec l’inauguration l’année prochaine d'« une route des couvents ». Ce côté culturel et patrimonial de la religion plait-il aux jeunes béninois, s’y intéressent-ils ?