En Centrafrique, la lutte contre le coronavirus se poursuit. 671 cas ont été testés positifs à Bangui et désormais de nombreuses villes du pays sont touchées par l’épidémie. Beaucoup de cas sont importés via le Cameroun, frontière de la RCA.

Paoua, une des villes du Nord, proche de la frontière camerounaise et tchadienne, a confirmé plusieurs cas. Cette ville et sa région sont une zone à risque pour le développement du Covid-19. Sur place, des mesures sont prises – pas toujours respectées – et les moyens manquent.

Cinq barrières entourent la ville de Paoua. Ici, des forces de sécurité intérieure contrôlent les personnes qui entrent dans la ville et les enregistrent. Bonaventure transporte des marchandises sur sa moto pour une commerçante : « Je viens de Bilakaré, 88 kilomètres. Il y a des contrôles. On a trouvé beaucoup de contrôles en route. Ça ne nous dérange pas, c’est pour notre santé. »

Un volontaire de la Croix-Rouge locale est sur les lieux. Sans masque, sans thermomètre, il est visiblement désemparé. « À Bossangoa ou à Bouar, les gens aident les volontaires de la Croix-Rouge centrafricaine. Mais ici à Paoua, on n’a aucune aide. Il n’y a pas de matériel pour travailler. On a seulement des lampes torches, des seaux et du savon. Aujourd’hui on ne travaille pas ». Pas de maladie le dimanche ? « C’est une décision du chef », précise-t-il.

En ville, sur le marché, des seaux ont été mis en place par des ONG. Des pharmacies locales vendent quelques masques comme chez Marcel : « 500 francs ! C’est fabriqué localement ici. Comme vous savez, c’est par rapport à la maladie. Oui, ça nous inquiète un peu. Les gens achètent beaucoup. C’est pour se protéger. Oui, il y a des produits de lavage des mains, on a acheté depuis Bangui pour vendre ici. »

Mais les habitudes sont difficiles à changer. Notamment dans les lieux de culte. Une circulaire interdit les rassemblements de plus de 15 personnes. Mais dans les mosquées et les églises de Paoua, les prières collectives se poursuivent. Les autorités locales comme la maire Bernadette Moye poursuivent les sensibilisations. « On a beaucoup réfléchi, explique-t-ele. Moi-même ce matin, je suis allée sensibiliser les gens dans les quartiers. En RCA, personne n'est mort de cette maladie encore, donc les gens n’y croient pas. Mais si ça arrive ici, il risque d’y avoir beaucoup de morts parce qu’en Centrafrique, on touche et on pleure les corps des défunts. On parle beaucoup aux gens de cette maladie. »

À l’hôpital, le médecin chef a installé un petit quartier d’isolement. Mais là aussi les défis sont nombreux : manque de personnel qualifié et d’équipements de protection.