Au XXIe siècle, les autochtones congolais que l'on ne peut plus appeler Pygmées depuis la loi de 2011 s’éloignent de leur culture en raison de l'influence de leurs voisins Bantous. Peuples de forêts, reconnus comme dépositaires du savoir ancestral, les autochtones du Congo représentent officiellement 10% de la population du pays. Des défenseurs et protecteurs de leurs droits tentent de sensibiliser sur cette perdition et conseillent ou prônent un dialogue de cultures en vue de sauver une tradition millénaire.