Au moins 35 000 personnes habitent Jacques-Opangault, un quartier du nord de la capitale congolaise portant le nom d’un père de l’indépendance du pays. Mais, cette vieille zone d’habitation est confrontée à toutes les difficultés de la vie quotidienne : la desserte en eau et en électricité laisse à désirer. L’école et l’hôpital ne sont pas du goût des populations exposées parfois à la menace des bandits. Ces populations voient apparaître une lueur d’espoir avec les travaux de construction de la grande voie d’accès à leur quartier.