Au Gabon, la friperie c’est-à-dire les vêtements de seconde main importés d’Europe et des États-Unis, pourtant prisés par les populations à cause de leur qualité et surtout de leur prix très accessible sont désormais stigmatisés. Des rumeurs propagées sur les réseaux sociaux soutiennent que ces vêtements sont contaminés depuis l’Europe au Covid-19. Les clients ont désormais peur et ne veulent plus acheter ces vêtements plus connus au Gabon par le nom de « Moutouki ». Pour acheter le « Moutouki », il faut fouiller et d’autres personnes pensent que cela devient une source de contamination. Reportage au marché Mont-Bouët de Libreville.