La ville de Kaga-Bandoro, comme d’autres villes du pays, est divisée en deux parties. Une organisation géographique qui s'appuie sur un certain repli communautaire. À Kaga-Bandoro, cette organisation s’explique spécifiquement par la vague de violences d’octobre 2016 particulièrement dirigées à l’encontre des populations déplacées à l’évêché. Ces populations chrétiennes se réfugient alors au sud de la ville autour de l’aéroport. Depuis, cette division est toujours très présente.