Ces derniers mois, plusieurs monuments nationaux ou emblématiques de la capitale ont entamé une cure de jouvence. Si les hautes palissades et les imposants échafaudages les protègent des regards indiscrets, la rénovation de ces bâtiments soulève néanmoins quelques interrogations.

Le 6 mai dernier, la Tribune de l’Art, un magazine de presse en ligne français spécialisé dans l’histoire de l’art occidental du Moyen Age aux années 1930, a publié un article intitulé Le Patrimoine d’Antananarivo en danger. Un article bien renseigné pointant du doigt « une série de destructions patrimoniales volontaires » très récentes, « menées sous la direction du gouvernement ».

Dans le petit milieu des initiés, cette tribune a eu un fort retentissement. Mais le sujet est sensible, voire tabou. Rares sont les personnes qui acceptent de s’exprimer publiquement sur ces travaux.