A 15 kilomètres de Casablanca, la zone humide - appelée « daya » en dialecte marocain - est le dernier poumon vert de la région. Entouré de résidences, cet écrin de biodiversité est menacé alors que 85% des zones humides mondiales ont disparu selon un rapport de l’ONU. Des associations se mobilisent et manifestent pour faire face à la pression immobilière.