Longtemps rêvé, l’oceanarium de Maurice, baptisé Odysseo, a été inauguré ce mois-ci. À contre-courant de la crise sanitaire et l’arrêt des activités touristiques, le parc d’attraction est ouvert au public. Les promoteurs, un conglomérat mauricien et une société française spécialisée, n’ont pas reconsidéré leurs ambitions. Ils ont maintenu l’investissement annoncé à 11,6 millions d'euros.

De notre correspondant à Port-Louis,

Odysseo s’est installé au sud de la zone portuaire, un lieu d’un calme étonnant malgré sa proximité de la capitale et le mouvement des navires. Mais l’animation est forte à la sortie de l’océanarium qui attire des visiteurs malgré la pandémie.

Mike et Sharone, venus en famille, ont vécu chacun une expérience propre. « On avait l’habitude de voir des aquariums à l’étranger, mais de voir cela à Maurice aujourd’hui, je suis très surpris », raconte Mike. « Moi ce que je retiens, ajoute Sharone, c’est un projet pour conscientiser les Mauriciens sur la présence des espèces qui existent dans l’océan Indien et la nécessité pour nous les Mauriciens d’arrêter de polluer et de protéger nos océans. »

Les promoteurs ont voulu, en effet, un projet commercial au service d’une cause. D’où le parcours qui est proposé aux visiteurs, explique Shakti Teker, assistante à la direction éducative d’Odysseo : « On commence lentement. On cherche à ce que les gens soient curieux, cherchent à se poser la question sur les espèces qu’ils rencontrent, avant d’évoluer dans ce voyage pour voir les lagons, découvrir la côte et l’intérieur du pays aussi. Ensuite on s’immerge pleinement dans cet océan Indien. »
3 500 espèces dans une cinquantaine de bassins
Un océan, dont une infime partie de ses merveilles, a été reconstitué. L’oceanarium est grand comme deux terrains de foot. Il rassemble pour l’heure 3 500 espèces marines réparties dans une cinquantaine de bassins. L’investisseur mauricien, le groupe Eclosia, a fait appel à un partenaire spécialisé, la société française Clear Reef International.

Le chantier a démarré il y a quatre ans. Malgré la pandémie et la paralysie de l’industrie du tourisme, les promoteurs n’ont pas changé leur plan. Au contraire, répond le directeur général d’Odysseo, Stéphane Robert : « On a redoublé d’effort pendant la pandémie et surtout les confinements. Ce n’était vraiment pas simple. Mais on était pressé d’ouvrir. On était pressé de partager avec le public les merveilles du monde marin. »
Un public qui a répondu présent
En attendant, le public mauricien a répondu présent : 14 000 visiteurs en moins de deux semaines. Sonali, une jeune employée de banque, n’oubliera pas cette rencontre dans le tunnel qui offre aux visiteurs une immersion dans le grand bleu. « Déjà, j’ai découvert que les requins sont énormes. Nous avons appris quand ils sont nourris un à deux kilos pendant la journée », a-t-elle notamment retenu.

Le parcours du visiteur a été conçu dans un esprit de préservation de la faune et de la flore aquatiques. Un voyage d’un écosystème à l’autre dans cette partie de l’océan Indien.