Depuis le décès de l’ancien dictateur zimbabwéen Robert Mugabe, des analystes et autres personnes qui l’ont connu ne tarissent pas d’éloges ou de mépris en vers lui. L’homme politique guinéen Mamadou Bah Baadiko, leader de l’Union des forces démocratiques (UFD) à fait partie des étudiants qui l’ont côtoyé de près et qui à l’époque ont cotisé de l’argent pour la « bonne cause », c’est-à-dire pour renflouer les caisses du mouvement indépendantiste la Zanu PF.