Pour conserver un savoir-faire unique, ces femmes se sont réunies en coopérative à N'Djamena pour tisser le coton comme le faisaient leurs parents. Des pièces faites à la main très prisées dans les années 1990, mais qui aujourd'hui sont abandonnées des clients. Elles tentent de faire survivre cette leur entreprise et leur artisanat.