Dans la région de Kanem, située au nord de N’Djamena, en plein désert tchadien, les indicateurs concernant la santé maternelle et infantile sont alarmants. 980 femmes sur 100 000 décèdent pendant l’accouchement et plus de 10% des bébés ne parviennent pas à leur premier anniversaire. Manque d’hôpitaux et de personnel qualifié, mariages précoces ou encore malnutrition et maladies respiratoires.

Les raisons de ces décès sont multiples selon les humanitaires. Pour les équipes médicales formées par l’Unicef et appuyées par le Fonds français Muskoka, il est essentiel d’ouvrir le dialogue avec les familles. À l’hôpital de Mao par exemple, impossible pour un médecin de prendre en charge une patiente sans l’accord du mari.