Cette semaine, Michèle Diaz donne la parole à des femmes qui ont quitté leur pays pour des raisons d’ordre économique, politique, sanitaire ou encore sécuritaire. Parmi elles Alice, journaliste dans son pays qu’elle a quitté pour des raisons politiques. Elle s’était déjà exprimée l’été dernier sur notre antenne. Oumou, une jeune fille de 16 ans qui a fui ses conditions de vie ; Thérèse, interdite d’université à cause de la politique de son pays ; Fatoumata, universitaire et réduite à de petits boulots afin que ses enfants puissent étudier. Elles nous confient leurs peurs, leurs désillusions, leurs espoirs depuis leur arrivée sur le sol français. Aujourd'hui, je vous propose d'écouter Thérèse, femme politiquement engagée dans l'opposition de son pays. Elle est arrivée des Balkans en compagnie de son mari et de ses deux filles il y a 12 ans. Ils ont été accueillis chaleureusement dans une petite ville bretonne. Thérèse, qui souhaite garder l’anonymat parce que très engagée politiquement dans son pays, a donc déposé une demande d’asile en 2005. Mais pour elle, la vraie difficulté démarre après l’obtention de ses papiers.