Un peu plus de cinq mois après l'incendie de l'usine de produits chimiques Lubrizol à Rouen, dans le nord-ouest de la France, les candidats aux municipales du 15 avril ne peuvent éviter le sujet. Douze entreprises de Rouen sont classées Seveso, donc très sensibles. Certaines sont implantées en pleine ville, comme Lubrizol, à proximité d'habitations ou de projets urbains. Les candidats sont restés discrets sur ces questions d'urbanisme qui divisent les électeurs, entre leur désir de voir leur commune suivre une transition écologique et la nécessité de maintenir un tissu économique.

Le 26 septembre dernier, un panache de fumée toxique de plus de 20 km de long s'était échappé du site de Lubrizol, ne faisant aucun mort ni aucun blessé, mais rappelant douloureusement aux habitants de la ville et de l'agglomération le danger de leurs sites industriels.