Dans moins de dix jours, c'est un Noël bien particulier qui sera fêté. Malgré des consignes sanitaires strictes annoncées par le gouvernement : distanciation sociale, isolement en amont et pas plus de six personnes à tables... Les familles s'organisent pour réveillonner de la façon la plus appropriée qui soit.

« Allô, Grand-mère, c'est Océane...

  • Ah, bonjour ma fille, alors, on se voit à Noël ?

  • Oui, on va venir à Noël, il faudra qu'on fasse attention mais ça va le faire !

  • Oui, on met toujours les masques. J'ai commandé ma dinde, alors il faut pas me laisser toute seule avec ma dinde ! Et puis, il y a la bûche aussi ! »

Océane est étudiante et pour Noël elle ira rejoindre sa famille en Bretagne. De quoi faire plaisir à sa grand-mère qui a déjà tout prévu pour l’occasion. Ils seront six à table, conformément aux recommandations du gouvernement, énoncées par Jean Castex : « Vous pourrez retrouver vos proches pour les fêtes de fin d'année, mais cela ne veut pas dire que nous pourrons fêter Noël ou le Nouvel An comme les années précédentes. Il nous parait raisonnable de vous recommander une jauge de six adultes, sans compter les enfants. »

► À lire aussi : France : Jean Castex annonce un déconfinement limité et un couvre-feu dès 20h au 15 décembre

Respecter les distances, porter le masque et ne pas s’embrasser : ce sont les mots d’ordre pour Elisa qui a tout de même tenu à organiser le repas des fêtes chez elle. « C'est ici d'habitude qu'on reçoit les convives, vous voyez, là il y a une rallonge, avec mon mari, d'habitude, on la tire parce qu'on fait des tablées de 15, 16, 17 et là, on est six, décrit-elle. Je pense qu'on fera une grande table quand même pour être à distance, surtout de mes parents, on va les mettre vraiment à l'autre bout de la pièce et on va se mettre tous les quatre, vu qu'on vit ensemble. On fera très attention, on mettra du gel hydroalcoolique à l'entrée, on va mettre des masques. Ce sera une petite fête de Noël mais on fait avec, on n'a pas le choix. »

Certaines familles ont en revanche choisi de maintenir une grande tablée. C’est le cas chez Isée, en banlieue toulousaine, où on a opté pour se faire tester avant et après les retrouvailles. « On va quand même se réunir parce que, vu qu'on a perdu mon grand-père cette année, on n'a pas envie d'annuler ce Noël là, ce sera un Noël déjà particulier », explique-t-elle. « On sera 12 donc on va essayer de respecter les gestes barrières, on va pas s'embrasser. Après tenir le mètre de distance, ça restera compliqué, il ne faut pas se le cacher, on va faire comme on peut pour fêter un Noël à peu près normal pendant ce temps relativement anormal. »

Chez d’autres, les mesures sanitaires ont complètement découragé l’organisation de Noël... Dans la famille de Lucas à Lille, on espère pouvoir se réunir à une autre date, comme il le précise : « finalement cette année, pas de grande tablée, on va tout reporter à Pâques. » En petit ou en grand comité, les familles attendent avec impatience de pouvoir se retrouver.