En Turquie, cela fait 18 ans que le parti du président Recep Tayyip Erdogan gouverne sans partage. Les jeunes à peine majeurs nés cette année-là – et les suivantes – n’auront donc connu dans leur vie qu’un seul dirigeant. Ils seront des millions à voter aux prochaines élections, programmées en 2023. Or rien ne dit – c'est même tout le contraire – que le projet politique proposé par l'actuel président les attire. Le pouvoir essaye donc de les séduire... sans grand succès, pour l’instant.