Après les stations essence et les rayons de supermarchés vides, c’est au tour du secteur du jouet de s’inquiéter au Royaume-Uni. Les vendeurs ne savent pas s’ils seront suffisamment approvisionnés avant les fêtes de fin d’année.

De notre correspondante à Londres,

Un homme déguisé en capitaine crochet et une femme en sorcière gesticulent sur le trottoir. Des enfants les observent depuis leurs poussettes. On est devant l’entrée d’Hamleys, une enseigne mythique de Regent Street, l’une des rues les plus animées de Londres. 

Victoria regarde le spectacle avec sa fille de 17 mois, Nelly. Elle a déjà commencé ses courses de Noël. « Mes parents sont dans le magasin en train d’acheter des jouets à ma fille. Ils m’ont dit qu’ils étaient inquiets des pénuries qui arrivent. L’année dernière, avec le Covid, on n’a pas acheté les cadeaux à temps », raconte Victoria. Et, s'adressant à sa fille : « Nelly, tu attends Noël avec impatience ? Est-ce qu’on va avoir des jouets sous le sapin à Noël cette année au lieu d’en avoir quelques jours plus tard ? Nous l’espérons bien ! »

Charlie sort du magasin, une peluche sous les bras pour son fils. Pour le moment, les rayons sont pleins. Elle veut d’abord retrouver l’esprit des fêtes de fin d’année qui a tant manqué l’année dernière. « On n’a pas encore fait les courses de Noël. Mais si on commence à voir que des jouets manquent, on se dépêchera de tout acheter ».
Du jamais-vu
Un tee-shirt rouge, comme tous les vendeurs, Bruno vérifie l’état des rayons. Il travaille ici depuis plusieurs années, il n’a jamais vu ça. Pour lui, le Brexit et le manque de chauffeurs routiers réduisent les capacités de l’enseigne. « On s’attend à des pénuries. Nous faisons des réserves. Mais on encourage les clients à faire leurs achats maintenant pour Noël, indique-t-il. Ça touche surtout les jouets qui viennent d’Europe, comme ce nounours Steiff qui vient d’Allemagne. On n’en a plus beaucoup. Pat’ Patrouille est très demandé aussi. Il risque d’en manquer. »

Avec ses 170 magasins, The Entertainer est le plus grand vendeur de jouets du Royaume-Uni. Son patron Gary Grant prévient qu’il n’y aura peut-être pas assez de Barbie pour tous les enfants cette année. Sur Skynews, il tente de rassurer : « Il n'y a pas de pénurie de jouet à l’heure actuelle, mais nous devons vous prévenir : n’attendez pas la dernière minute pour acheter les jouets de Noël. Si vous allez dans un magasin de jouets en décembre, il y a aura plein de jouets, mais pas tous ceux que nous devrions avoir à cette période. »

Des pénuries davantage liées au Covid selon un professeur à la Bayes Business School, qui vont finir par se résorber. Trop de demandes par rapport à l’offre, explique ManMohan Sodhi. « Il n'y a pas assez de main-d'œuvre pour décharger les navires, conduire les camions jusqu'aux magasins de détail et les conteneurs sont également bloqués dans les ports, ce qui entraîne des retards dans les livraisons. »

Les décorations de Noël habillent déjà quelques rues de la capitale. Des fêtes sans Barbie, peut-être, mais en famille cette fois, s’exclament un frère et une sœur chez Hamleys. Il y a un an, les restrictions sanitaires les avaient séparés.