Le 6 novembre 2004, à Bouaké, en Côte d’Ivoire, neuf militaires français sont tués dans le bombardement de leur camp. De violentes émeutes s’ensuivent. La France accuse le président ivoirien Laurent Gbagbo qui, lui, dénonce une sombre manipulation de Paris pour le renverser. Quinze ans plus tard, un procès s’ouvre à Paris pour tenter de lever le voile sur cet épisode sombre des relations entre la France et son ancienne colonie. France 24 vous révèle la couche de mystères qui l’entoure.