« J-1 », décompte en une le journal Aujourd’hui, c’est « le grand retour de Gbagbo dans l’arène ». Un nouveau parti ? Ce quotidien qui lui est proche explique que l’ex-chef de l’État en avait besoin pour « reprendre la main » et ainsi « signer son retour sur la scène politique nationale ». Car « malgré toute son aura, il (lui) manquait un instrument politique (…) C’est ce vide qui sera comblé » cette fin de semaine à Abidjan.

1.600 délégués et peut-être davantage sont attendus à ce congrès qui se tiendra cette fin de semaine au Palais des congrès de l’Hôtel Ivoire, le « Village du congrès » ouvrant ses portes cet après-midi en contrebas, au quartier Blockhaus, fief du peuple Ebrié situé sur les bords de la lagune du même nom. 

Étant rappelé que l’ex-président, il y a deux mois, avait proposé la création d'un nouveau parti politique, plusieurs quotidiens ivoiriens affichent ce matin une cartouche ornée du sourire de Laurent Gbagbo présentant ce congrès constitutif comme un « nouveau départ pour la Côte d’Ivoire et l’Afrique ».
Au nom du parti
Quel pourrait bien être le nom de ce parti ? Et quel serait son logo ? Justement. Le journal Le Temps révèle ce matin, non-pas les choix définitifs du congrès, puisqu’il ne s’est pas encore tenu, mais les propositions de nom, logo et signe de ralliement avancées par la Commission chargée de l’élaboration des statuts et du règlement intérieur (et ça n’est pas rien, même si – insistons bien ici sur leur caractère de propositions). « A savoir : le parti sera(it) dénommé Parti des peuples africains de Côte d’Ivoire (Ppa-CI), le sigle sera(it) les doigts entrelacés des deux mains, cela symbolise(rait) l’union des forces en lutte pour la démocratie et la souveraineté, énonce Le Temps. L’emblème (serait) également les doigts entrelacés des deux mains dans la carte de l’Afrique (un peu à la manière de la sculpture Le secret, d’Auguste Rodin, donc…) ». Ce quotidien proche de Laurent Gbagbo signale aussi que le parti devrait « commémorer chaque année, le 31 mars, la résistance des peuples africains et l’acquittement du Président Laurent Gbagbo à la Cour pénale internationale ».

Le Temps ajoute que la commission « a proposé que la référence politique de ce nouveau parti (soit) le socialisme et le panafricanisme (et qu’il) proclame son attachement aux droits de l’homme et des peuples, aux valeurs de justice, de démocratie pluraliste et de souveraineté (ainsi que) son attachement à l’intégration africaine »
Parti de gauche pour alliance renforcée Bédié-Gbagbo
À Abidjan, les préparatifs vont bon train à la veille de ce congrès. Et pour mieux en mesurer la température, le quotidien indépendant L’Inter est allé à la rencontre d’un vendeur de tee-shirt, polos et casquettes à l’effigie de Laurent Gbagbo. Damas Damas, c’est son nom, a déjà écoulé tout son stock et dit attendre une nouvelle livraison demain. « C’est notre contribution à la réussite de ce grand événement », s’enthousiasme Damas Damas dans L’Inter.

Ce congrès constitutif du nouveau parti de l’ex-président ivoirien ? C’est « le dernier gros défi » de Laurent Gbagbo, lance Le Sursaut. Et c’est un défi « risqué », estime en une ce quotidien.

De son côté, Le Nouveau Réveil, proche, lui, de l’ex-président Henri Konan Bédié, se projette au-delà, « cap sur 2025 », année programmée de la prochaine élection présidentielle en Côte d’Ivoire, pour signaler d’une très macroniste formule qu’au PDCI-RDA, « le renouveau est en marche » et pour souligner que « en conquérants, Bédié et Gbagbo préparent leurs partis ».

Quel sera le poids politique de ce nouveau parti ? Selon le quotidien burkinabèLe Pays, « tout porte à croire que ce nouveau-né vagira haut et fort sur l’échiquier politique ivoirien dès sa naissance. Car, Laurent Gbagbo, malgré son long éloignement de la mère-patrie à cause de son emprisonnement à La Haye, demeure populaire en Côte d’Ivoire. De ce point de vue, prévient ce quotidien ouagalais, l’on peut affirmer qu’Alassane Dramane Ouattara et son RHDP auront désormais face à eux "garçon", pour parler comme les Ivoiriens » !