Les Moso en Chine, les Zapothèques au Mexique, les Minangkabau en Indonésie, le village Umoja au Kenya... Sur tous les continents, il existe des sociétés où les femmes sont au centre de la parenté sans pour autant dominer. 

Chacune de ces communautés a son propre fonctionnement ou ses propres rituels, et les hommes n’y sont pas forcément absents mais les femmes y tiennent un rôle important dans les décisions économiques, sociales et parfois politiques. Elles transmettent le nom et les biens de leur lignée. Comment fonctionnent ces sociétés matrilinéaires ? Combien sont-elles à travers le monde ? Sont-elles plus égalitaires que les sociétés patriarcales ?   

Avec : 

  • Nadia Ferroukhi, reporter-photographe. Un livre Les Matriarches (Albin Michel) retrace sont travail au cœur des sociétés matrilinéaires

  • Sophie Blanchy ethnologue spécialisée dans l'étude anthropologique des populations de l'Archipel des Comores et de Madagascar.

En fin d’émission, un reportage de Charlie Dupiot au sein de La cantine des femmes battantes, un traiteur social qui vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. L'idée, portée par deux des cofondateurs, Tarik et Luca : encourager ces femmes à démarrer une activité professionnelle auto-gérée et les accompagner dans leurs démarches administratives. Notre reporter nous emmène dans la cuisine du théâtre «Nout», sur l'île-Saint-Denis où on s’active aux fourneaux pour préparer un repas pour 300 personnes. 

Programmation musicale :

►Easy on me - Adèle 

►Mon soleil - Dadju, Anitta