Symbole de maternité, incarnation de la féminité, objet de fantasme... la poitrine des femmes est au centre de toutes les attentions. Ni trop grosse, ni trop petite, naturelle, cachée mais pas invisible non plus...

Les injonctions à la poitrine idéale sont nombreuses, souvent contradictoires. On les exhibe XXL sur les panneaux publicitaires mais dénudés, ils sont prohibés sur les réseaux sociaux. Dès l’adolescence, on scrute l’apparition des seins des jeunes filles. Les femmes semblent, néanmoins, de plus en plus nombreuses à se réapproprier leurs corps. À la fin du confinement, certaines ont choisi d’abandonner leur soutien-gorge par souci de confort ou par conviction. En France, elles seraient désormais 7%, de 18 ans et plus à ne plus ou presque plus porter de soutien-gorge. Une tendance encore plus marquée chez les moins de 25 ans puisqu’elles seraient 18% à pratiquer le «No bra». Quel rapport les femmes entretiennent-elles avec leur poitrine ? La diversité des seins et des beautés s’affichera-t-elle enfin ? 

Avec

  • Gala Avanzi, journaliste, auteure de No Bra – Ce que ma poitrine dit de moi (Éditions Flammarion) et animatrice des comptes Instagram @gala.avz et @sorcieretamere qui dénoncent les injonctions et les injustices subies par les femmes et les minorités de genre.

  • Bernard Andrieu, philosophe du corps et auteur de Rester beau (Du murmure, 2017).

Les témoignages d’adolescentes sur leur rapport à leur poitrine. Elles ont entre 16 et 18 ans et ont affronté leur pudeur pour nous parler de leur poitrine... Inès, Camille et Vicky vivent en région parisienne, Charlie Dupiot les a rencontrées toutes les trois. Elles commencent par nous raconter le moment où leurs seins ont commencé à pousser. 

Programmation musicale

► La grenade - Clara Luciani 

► Just a woman - Teleferik