«Baby flop» ou «baby crash», les jeux de mots illustrant l’effet de la pandémie sur la natalité font depuis quelques mois les titres de la presse.

Les chiffres semblent leur donner raison. Moins 20 % en Espagne, moins 15% en Chine, moins 13,5% en France, moins 8% annoncés aux États-Unis... Dans de nombreux pays, la tendance est donc à la baisse des naissances en 2021 par rapport à l’année 2020. Des niveaux records qui pourraient fortement impacter la population mondiale. L’incertitude face à l’avenir, la crise économique sont des raisons évoquées pour expliquer le choix des individus de reporter ou de renoncer à leur projet d’enfant. Dans des pays où la baisse de la natalité était déjà enclenchée, faut-il s’inquiéter davantage de l’impact de la pandémie ? Quelles conséquences sont à craindre ? Et qu’en est-il pour les pays en voie de développement ?  

Avec :

Gilles Pison, professeur au Museum d'Histoire naturelle et démographe à l'INED (Institut national d'études démographiques). Auteur de l'Atlas de la population mondiale (Autrement, 2019)  

Charlotte Debest, sociologue l’Université Rennes II, auteure de Le choix d'une vie sans enfant (Presses universitaires de Rennes, 2014)

 

Programmation musicale

► Covid 19 - Melankolik

► Malade - Hocus Pocus