Devant l’école, on la prend pour la nounou, si elle se tient debout devant la loge du lycée, on la prend pour la dame de service ou pour une surveillante, si elle accompagne des élèves en sortie scolaire...

Toute sa vie, Mahi Traoré a refusé d’être assignée à sa couleur de peau et à ses origines maliennes. À 48 ans, première femme noire africaine à devenir proviseure d’un lycée parisien, elle continue à composer avec la condescendance vis-à-vis des citoyens français issus de la diversité. Qu’en est-il des chefs d’établissements issus de l’immigration maghrébine à l’Éducation nationale ?  L’École républicaine peut-elle promouvoir l’ascenseur social pour ses élèves avec si peu de diversité à sa tête ?  

Avec :

  • Mahi Traoré, proviseure de lycée à Paris, autrice de Je suis noire mais je ne me plains pas, j’aurais pu être une femme (Robert Laffont) 

  • Radouane Mhamdi, secrétaire départemental de Seine-Saint-Denis du Syndicat National des Personnels de Direction de l'Éducation Nationale, SNPDEN UNSA.

 

Programmation musicale : 

► Éducation nationale - Grand Corps Malade 

► Mali Nialé - Oumou Sangaré.