Alors que l’ONG Oxfam dénonce l’augmentation des inégalités depuis la pandémie, des entreprises, des start-up, de nouveaux milliardaires se sont dirigés vers la sphère sociale, depuis les années 2000.

Lutte contre la pauvreté, contre la faim, défense de l’environnement… sont devenues une activité sociale à part entière pour les plus fortunés. Le business social générerait entre 5 et 13 milliards $ par an. Peut-on vraiment appliquer les règles du capitalisme aux activités sociales? Est-ce la solution pour réduire les inégalités ? 

 

Avec :

Jean-François Draperi, auteur de Ruses de riches - Pourquoi les riches veulent-ils maintenant aider les pauvres (Payot), sociologue au Conservatoire national des Arts et Métiers (CNAM)

Thierry Sibieude, professeur titulaire de la Chaire  Innovation et Entrepreneuriat Social à l'ESSEC Business School

Émilie Kyedrebeogo, fondatrice de l’entreprise Palobdé Services au Burkina Faso qui fabrique des produits hygiéniques réutilisables lavables dénommées "Palobdé" : en langue mooré qui signifie "je ne les jette pas". L’entreprise est accompagnée par La Fabrique incubateur implanté au Burkina Faso et entièrement dédié à la co-construction d'entreprises sociales et responsables en Afrique de l'Ouest.