Henda Ayari connaît une enfance dénuée d’amour. Devenue adolescente influençable, elle cherche désespérément à être aimée et reconnue comme « une fille bien ». En quête d’absolu, un profond désir de spiritualité naît en elle… Il se traduit par un retour au « religieux » qui la pousse à 21 ans à épouser un Français salafiste.
Durant neuf ans, à Roanne, elle vit « comme les femmes du Prophète », voilée de la tête aux pieds, sous l’autorité absolue de son mari, de plus en plus violent. Neuf ans de cauchemar, durant lesquels elle a trois enfants. Henda réussit finalement à fuir avec ses enfants. Témoignage.
Avec :

  • Henda Ayari, auteur de J’ai choisi d’être libre, aux éditions Flammarion et présidente de l’association Libératrices.
  • Djemila Benhabib, essayiste et militante féministe. Prix international de la laïcité 2012. Et un reportage d'Alice Milot : préparer des repas pour les migrants, c’est devenu un défi Facebook ! Malick Diallo, un chauffeur-livreur de 26 ans habitant de Sarcelles (en Seine-Saint-Denis) est à l’origine de l’initiative. Choqué par les conditions de vie indignes des migrants installés sous la ligne de métro à Stalingrad, dans le 19e arrondissement de Paris, il est le premier à mobiliser fin septembre les jeunes de son quartier pour préparer et distribuer des repas. Une fois le défi relevé, il décide de créer une page Facebook « Le Grand Défi », sur laquelle il appelle d’autres quartiers à faire de même ! En l’espace d’un mois, une dizaine de quartiers ont déjà joué le jeu ! Et dimanche dernier, c’était au tour du quartier des Chardonnerettes, à Sarcelles, de relever le défi. Il était convenu que la distribution se ferait à Stalingrad, mais deux jours avant le défi les 3 850 réfugiés installés là-bas, ont été délogés par la préfecture d’Ile-de-France et répartis dans des centres d’hébergement d’urgence de toute la région parisienne, dont à Sarcelles, dans l’ancienne maison de retraite des Cèdres Bleu ! C’est donc à Sarcelles que les Sarcellois sont venus relever leur grand défi !