À la Réunion, 80% de la population est créolophone. Pourtant, seuls 5% des 8000 professeurs de l’île sont habilités à enseigner le créole.

Vingt ans après la création du CAPES en 2001, les mentalités évoluent lentement. L'Éducation nationale reconnaît désormais la nécessité pédagogique de s’appuyer sur la langue maternelle des enfants dès le plus jeune âge, mais le poids du passé colonial continue de faire du créole une langue moins valorisée que le français. 

Reportage de Margot Hemmerich dans des classes de maternelle et de CP et auprès des différents acteurs engagés sur le terrain et dans l'institution pour faire évoluer le bilinguisme sur l'île.