Le virus continue sa circulation en Europe, et voilà tous nos déplacements chamboulés. Crise de l'automobile, secteur aérien moribond, boom du vélo : le Covid-19 réécrit la carte des liaisons européennes.

En France, le gouvernement a décidé de tripler le budget du plan vélo, de 20 à 60 millions d’euros, pour éviter le retour du tout voiture avec le déconfinement. Paris et la région Ile-de-France aussi misent sur le vélo pour permettre à leurs 12 millions d’habitants de mieux circuler. 50 km de pistes cyclables provisoires en plus dans la capitale, des projets d'extension en banlieue. Des subventions pour la réparation de vélo ou l'achat d'une bicyclette électrique. Avec la crise sanitaire, la politique vélo connaît un vrai coup d'accélérateur, Frédérique Lebel.

En Hongrie, la circulation automobile a baissé ces deux derniers mois à Budapest. La capitale en a profité pour aménager des pistes cyclables sur plusieurs grands axes. De quoi lui permettre de rattraper un peu son retard en la matière, Florence La Bruyère.

Le plan de sauvetage de la Lufthansa700 avions sur 760 cloués au sol et 3 000 passagers par jour au lieu de 350 000. Les conséquences du coronavirus pour la Lufthansa, la compagnie aérienne allemande, sont énormes. Ses pertes se chiffrent aujourd’hui à un million d’euros par heure. Pour éviter la faillite, la direction de Lufthansa et le gouvernement allemand se sont mis d’accord, de haute lutte, sur un plan de sauvetage. Les explications de Déborah Berlioz.

Même à ce stade de déconfinement, de nombreux pays de l’UE connaissent encore des restrictions à la circulation routière, ferroviaire ou aérienne, avec des différences entre la France et certains de ses voisins. La chronique de Daniel Vigneron, du site myeurop.info.

Le pont sur l’AmourAfin d’enrayer la propagation du coronavirus, la Russie avait fermé sa frontière avec la Chine, dès la fin du mois de janvier 2020. Une frontière qui s’étend sur plus de 4 000 kilomètres. Sur une grande partie du tracé, les deux pays sont délimités par le fleuve Amour. Un pont reliant les deux rives devait être ouvert à la circulation au printemps, mais son inauguration a été différée en raison de l’épidémie. Étienne Bouche.