Pour les poids lourds du tourisme européen, le début de la saison se joue en ce moment, après une année 2020 désastreuse.

En Espagne, 2ème destination touristique d’Europe après la France, le secteur pesait 12% du PIB en 2019, il s’est effondré à un peu plus de 5%, l’an dernier (2020). Notre correspondante Elise Gazengel est allée prendre l’air près de la frontière française, à deux heures de Barcelone.

En Italie, l’une des destinations touristiques les plus prisées du monde, il est un tourisme encore plus en crise que les autres, c’est le tourisme d’affaires Avec la crise, le manque à gagner est énorme pour le secteur : -80% en un an. Précisions de Cécile Debarge.

Covid : le deuil empêché des proches, les pratiques funéraires bouleversées

Le deuil impossible à cause du Covid, pour les familles qui ont perdu un proche lors de la première vague de l’épidémie, au plus fort des restrictions. Des familles qui réclament aujourd’hui une journée de deuil national… et qui dénoncent des cérémonials funéraires inhumains. Quand la pandémie a démarré, les agents funéraires étaient en première ligne.

Ils ont dû faire face à une activité plus forte, avec des contraintes sanitaires qui se sont imposées au fil du temps. Des conditions de travail difficiles qui perdurent encore aujourd’hui pour ces professionnels du funéraire, qu’on entend peu. Reportage à Amiens, dans le nord de la France, de Lise Verbeke.

L’Union européenne a été cruellement endeuillée par la pandémie du Covid-19. Et cela a bouleversé partout l’organisation des funérailles, mais différemment selon les pays. C’est la chronique de Daniel Vigneron du site Myeurop.info.

Trop d’obstacles à l’avortement en Irlande du Nord

Il y a un an (2020), l’IVG devenait accessible dans la province britannique, après une longue bataille politique entre Londres et le Parlement local : contrairement au reste du Royaume-Uni, l’avortement, sauf sous certaines conditions drastiques était interdit en Irlande du Nord, comme le mariage gay. Il a fallu un vote de Westminster pour y remédier. Mais pour les militants du droit à choisir, la partie n’est pas finie : Emeline Vin s’est entretenue avec l’une d’entre elles.