Les jeunes Européens ont-ils confiance dans la démocratie ? Si tous ne boudent pas les urnes, les 18-24 ans, dans la plupart des pays, participent beaucoup moins aux élections que leurs aînés. Pourtant, leur vote fait parfois pencher la balance de façon déterminante.

Avec en moyenne 80% de participation des jeunes aux élections, la Norvège fait figure d’exception. Un taux que bien d'autres pays peuvent envier, mais qui ne doit rien au hasard. Toutes sortes d'actions sont mises en place pour intéresser les adolescents et les enfants à la vie politique. Couplée au vote anticipé très répandu dans le pays, la stratégie se révèle payante, les législatives de septembre 2021 l'ont confirmé. Reportage à Oslo, Frédéric Faux.

En Allemagne, les moins de 30 ans ne représentent que 9% de l’électorat. Les électeurs de plus de 50 ans, 58% de la population, ont voté massivement pour les deux partis traditionnels aux dernières législatives. Et à l’inverse, chez les jeunes ce sont clairement les Verts - sans surprise - et les libéraux qui l'ont emporté. Un quart des primo-votants ont donné leur voix au parti libéral FDP. Pourquoi ce choix générationnel ? Éléments de réponse avec notre correspondante Deborah Berlioz.

«C’est mon Europe», Alice Rouja nous parle aujourd’hui de ce qu’est l’engagement politique de la génération Z, ces 18-24 ans qui votent peu mais s’activent souvent sur le terrain.  

Renforcer la démocratie participative, c'est aussi un enjeu pour l'Union européenne. Et c'est le but de la conférence sur l'avenir de l'Europe qui se déroule jusqu'au printemps 2022. 800 citoyens de 27 pays se réunissent pour faire des propositions concrètes de mesures à adopter, et pour dire dans quelle direction ils veulent voir l'Europe avancer. Fin janvier 2022, ils remettront à la Commission la liste des réformes qu’ils souhaitent. Notre correspondante à Strasbourg Angélique Férat a suivi leur immersion dans les arcanes du Parlement européen.

La vie politique, c'est sûrement beaucoup de stress, mais quand des députés en viennent aux mains, ils ne donnent pas une image très glorieuse de leur fonction... Est-ce la tension accumulée ? Au Parlement turc, les débats prennent régulièrement une tournure violente. À court de solutions pour remédier à ce problème ancien, les autorités viennent de prendre des mesures originales, comme nous l'explique notre correspondante à Istanbul Anne Andlauer.