S’il est un point sur lequel tous les Européens s’accordent, c’est que les négociations furent vraiment difficiles. Au terme d’un marathon gréco-européen de 17 heures, un accord a donc finalement été trouvé.
Sur la table: 80 milliards d’euros de prêts, plus 35 milliards d’euros, qu’on n'appelle pas « nouveau plan d’aide », mais « programme de croissance ». Aménagement de la dette grecque qu’on ne désigne plus sous le terme clivant de « restructuration », mais de « reprofilage ». Et côté grec: des réformes, des privatisations et des économies.
Autant dire que le quotidien des Grecs ne va pas s’améliorer du jour au lendemain. D’autant que la question de la réouverture des banques n’est toujours pas réglée.
Voilà désormais 15 jours que les citoyens ont dû changer leur mode de consommation, en laissant tomber le cash pour la carte bleue qu'ils utilisent en règle générale très peu. C’est le reportage à Athènes de Charlotte Stievenard.
Justice et fantaisie. Quand les peines d’intérêt général se transforment en peine d’un intérêt douteux. Il y a, quelques semaines, la justice turque a condamné un policier qui avait aspergé de gaz lacrymogène une manifestante du parc Gezi en 2013 à une peine surprenante : il devra planter 600 arbres et s’en occuper ; la sentence a fait couler beaucoup d’encre, et c’est loin d’être une exception. Car les juges interprètent les textes avec une fantaisie certaine. A Istanbul, Anne Andlauer.  
Revenir sur l’ile du Giglio. La saison touristique a déjà commencé en Italie. Mais, pour une île, l’Ile du Giglio cette année a une saveur particulière. Voilà tout  juste un an que la carcasse du Costa Concordia, le navire qui avait fait naufrage en 2012, a été évacuée. 
Curieusement, le drame qui avait fait la Une des télévisions mondiales, avait aussi généré un tourisme morbide. Aujourd’hui, les habitants sont soulagés de tourner la page, mais craignent aussi de tomber dans l’oubli. C’est le reportage de Mathilde Auvillain. 
 
« Les Somaliens de Finlande », le titre de ce livre est d’une sobriété à toute épreuve. Mais, c’est le premier du genre à explorer, en Finlande une nouvelle facette de la société. L’ouvrage a reçu un très bon accueil dans les médias, car les Somaliens sont la 4ème communauté immigrée de Finlande. Chronique de Pauline Curtet.  
 
Hollywood doit rembourser Sofia. C’est l’histoire d’un clash musical, mettant aux prises la Bulgarie et Hollywood. Une des chansons traditionnelles bulgares s’est en effet retrouvée dans la bande son d’un block buster intitulé « A la poursuite de demain ». Manquait juste un détail, le paiement des droits d’auteur. A Sofia, Damian Vodenitcharov.