Le gouvernement angolais s'est donné cinq ans pour finaliser un ambitieux programme de privatisations qui comprend notamment les fleurons de son industrie extractive, à savoir la Sonangol, la richissime compagnie pétrolière et Endiama, la rutilante compagnie diamantifère. Que signifient ces privatisations dans un pays où l'État et le parti au pouvoir contrôlent le cœur de l'économie ?

Outre le pétrole, la Sonangol est présente dans des domaines aussi divers que l’informatique, l’ingénierie, la logistique et même le transport aérien. Un mastodonte surendetté, lourd et inefficace. Pour lui redonner meilleure mine, l’État lui a demandé ces dernières années de maigrir et de se séparer d’activités non essentielles. Il a fait de même avec Endiama, la société d’extraction diamantifère. Désormais, Luanda veut désormais aller plus loin et se désengager de ces fleurons.

Va-t-on assister à une véritable privatisation d’entreprises intimement liées au pouvoir politique angolais ? Didier Péclard, professeur à l’université de Genève et spécialiste de l’Angola, en doute. « Il y a fort à parier que ces privatisations, que ce soit celle de Sonangol ou celle de Endiama, se fassent dans un cercle très restreint, autour du président en place, et du cercle restreint autour du MPLA (le parti au pouvoir, ndlr). Donc c’est un désengagement sur le papier, mais de fait, c’est une autre manière de redéployer le contrôle de l’État sur les poumons de son économie que sont le pétrole et les diamants », explique-t-il.
Discours ambigus
L’État et le pouvoir angolais sont intimement liés à la Sonangol et plus généralement aux industries extractives. Dès lors, les discours sur une privatisation de ces fleurons sont forcément ambigus.

« On est dans cette ambiguïté où il y a, à la fois, un discours et un certain nombre d’actes qui ont été posés pour rationaliser et moderniser l’économie angolaise, mais le fond de cette économie et les liens directs qui existent entre contrôle économique et contrôle politique subsistent », souligne Didier Péclard.
« Une accumulation de pouvoir social et politique »
Entre une exigence de modernisation économique, réclamée par certains partenaires de l’Angola comme le FMI, et les habitudes de mainmise sur les richesses par le pouvoir, Didier Péclard s’interroge sur la volonté réelle des cercles dirigeants.
C’est cela qui est le frein principal à la diversification de l’économie, parce qu’une véritable diversification et une véritable politique d’industrialisation, par exemple, permettraient à terme la création de pôles d’enrichissement et d’accumulation de pouvoir économique qui se traduirait ensuite par une accumulation de pouvoir social et politique qui serait elle aussi diversifiée et qui serait beaucoup plus difficile à contrôler par le pouvoir central. Le problème de la diversification de l’économie, c’est qu’il remet en cause ce principe-là qui est fondamental pour le maintien au pouvoir de l’élite qui y est actuellement. 
Privatisation ou diversification économique risquent donc de rimer à l’avenir avec oligarchie locale, estime le chercheur genevois.