Après la Tunisie, l’Égypte ? La chute de Zine el-Abidine Ben Ali va donner des ailes aux Égyptiens qui n’imaginaient pas un tel scénario possible. Aussitôt, l’opposition s’organise. Les manifestations prennent de l’ampleur au Caire, à Suez et à Alexandrie. Les moyens de communication, comme Internet et les lignes téléphoniques, sont suspendus et un couvre-feu est instauré. La place Tahrir ne désemplit pas, de jour comme de nuit. Les amis traditionnels du président Moubarak commencent à le lâcher…