Le Covid a changé bien des choses en Europe qui paraissaient pourtant immuables ou impensables. Par exemple l’abandon, au moins provisoirement, des règles budgétaires. Le plan de relance de 750 milliards d’euros financé par un emprunt commun, qui impliquera une dette commune aux 27 est à lui seul une petite révolution au sein de l’Union européenne. 

Des mots comme «souveraineté européenne» ou «autonomie stratégique» ne sont plus tabous à Bruxelles, ce qui laisse espérer une évolution profonde des priorités de l’Union.L’Europe de la santé est en train de naître en marge du coronavirus, certes modestement.Mais, la pandémie a aussi renforcé les inégalités, les populations les plus fragiles et les plus précaires se sont encore appauvries et sont devenues encore plus vulnérables face à la récession. 

Avec :- Yves Bertoncini, conseiller en Affaires européennes. Son site. Sa dernière publication : «Relocaliser en France avec l’Europe» à la Fondapol. Président du Mouvement européen France.  - Sandro Gozi, député européen Liste Renaissance/Renew, ancien ministre italien des Affaires européennes. Son dernier livre : «La cible», aux éditions Saint-Simon.Plus d’infos : ici- Grigoris Gerotziafas, médecin, professeur associé à La Sorbonne et directeur de recherche à l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale).Plus d’infos : ici- Claire Demesmay, chercheuse à la DGAP. Son dernier livre : «Idées reçues sur l’Allemagne»,  au Cavalier bleu. En ligne de Berlin.  Plus d’infos : ici.

Avec Sasha Mitchell de Courrier International