Quel goût aura le vin de Bordeaux en 2050, étant donné le réchauffement du climat prévu dans le sud-ouest de la France ? L'Association des journalistes de l'environnement a commandé une cuvée de ce vin du futur à des chercheurs. Et ce « Bordeaux 2050 » est méconnaissable.
Un vin sec, amer, sans élégance. Le Bordeaux, dans trente ans, n'aura plus rien à voir avec le nectar que l'on connaît actuellement, si l'on ne fait rien contre le changement climatique.
L'Association des journalistes de l'environnement a fait produire une cuvée du futur, estampillée « Bordeaux 2050 » pour alerter l'opinion sur l'impact concret du réchauffement climatique. En France, quoi de plus emblématique que le vin et en particulier le vin de Bordeaux. Des chercheurs en œnologie ont donc été appelés à la rescousse pour fabriquer ce bordeaux du futur.
Mêmes cépages cultivés en Tunisie
Le Bordeaux étant un assemblage de Merlot et de Cabernet Sauvignon, le laboratoire Excell a eu l'idée d'aller chercher des raisins de ces deux cépages cultivés ailleurs, là où les conditions climatiques sont déjà celles que le Bordelais devrait connaître dans trente ans, si la tendance n'est pas inversée, à savoir le Languedoc-Roussillon et la Tunisie.
On peut trouver de l'excellent vin en Languedoc-Roussillon et en Tunisie, mais pas forcément avec ces deux cépages-là. Surtout le résultat n'a plus rien à voir avec du Bordeaux...
Bordeaux 2050 : un arôme appauvri
Le vin est plus sucré, plus dense, sa robe est plus foncée, son acidité est plus faible, mais le vin est moins élégant, son arôme est appauvri à cause de la chaleur, avec des tannins plus secs, du fait du manque d'eau. Plus question non plus de faire vieillir ce breuvage.
Toutes les qualités du bordeaux, reconnues dans le monde entier, pourraient donc être remises en cause.
Arrêter le changement climatique ou adapter la vigne
400 bouteilles de cette cuvée du futur ont été produites et on l'a compris, ce Bordeaux 2050 est un peu l'avant-goût amer du réchauffement climatique. Si ce réchauffement se confirme, le vignoble bordelais devra s'adapter, peut-être changer de cépages, d'orientation... pour garder sa réputation d'excellence.