Depuis le samedi 17 octobre 2020, la région Ile-de-France et 8 métropoles françaises vivent à l'heure du couvre-feu. Entre 21h et 6h du matin, sauf exceptions dûment justifiées, les rues doivent être désertes et les lieux recevant du public fermés.

Les habitants des villes concernées sont invités à rester chez eux et n'être pas plus de six à table, sauf familles plus nombreuses. Le but est de limiter la propagation du coronavirus. Cela doit durer a priori jusqu'au 1er décembre 2020 au moins. Après deux mois de confinement et avec en plus la tension et l'émotion nées de l'assassinat terroriste de vendredi 16 octobre, cela n'est pas rien. Jusqu'où les mesures de restriction peuvent-elles être supportées ? C'est la question du jour.

 

Pour en débattre :- Jean Marie Burguburu, président de la Commission nationale consultative des Droits de l'Homme (CNCDH)- Jean-Pierre Couteron, psychologue clinicien au Centre de soins d’accompagnement et de prévention en addictologie et à la Consultation jeunes consommateurs (CJC) de l’association Oppelia de Boulogne-Billancourt et porte-parole de la Fédération Addiction- Luc Rouban, sociologue, directeur de recherche CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), auteur du livre La matière noire de la démocratie, éditions Les presses de Sciences Po.