Pas de cours, pas d'examen, une année à l'étranger au moins tronquée, pas d'adieux et pas de fête de fin d'année, mais quand même un diplôme, mais pas ou peu de stages et pour un premier emploi, il faudra s'accrocher.

Pour tous les étudiants, et même les écoliers collégiens et lycéens, l'année marquée par la pandémie de Covid-19 a été particulière et parfois difficile. Les questions sur l'avenir et les conséquences peuvent également susciter de l'inquiétude et même de l'angoisse sur sa propre valeur, sur un marché du travail déjà compliqué, et en plus sinistré. La pandémie de Covid-19 va-t-elle laisser derrière elle une génération perdue chez les jeunes ? C'est la question du jour.

Pour en débattre : - Sophie de Tarlé, rédactrice en chef au Figaro L’étudiant- François Sarfati, sociologue au Centre Pierre Naville et au Centre d’études de l’emploi et du travail- Antoine Dulin, membre du Conseil économique, social et environnemental (CESE) et président de la Commission «insertion des jeunes» au Conseil d'orientation des politiques de jeunesse.