Depuis la mort de George Floyd à Minneapolis, il y a plus d'une semaine maintenant, des manifestations parfois tendues contre les violences policières ciblant les Afro-Américains ont lieu dans toutes les grandes villes américaines, mais pas seulement.

De nombreuses personnes se sont jointes à ce mouvement un peu partout dans le monde. Montréal au Canada, Auckland, en Nouvelle-Zélande, et Paris hier soir (2 juin 2020) au cours d'une manifestation non autorisée qui a rassemblé 20 000 personnes, la situation aux États-Unis semble résonner un peu partout dans le monde, et notamment le monde occidental. Le racisme dans la police est-il spécifiquement américain ? C'est la question du jour. 

Pour en débattre :- Marion Guémas, responsable des programmes police justice pour la France à l'ONG ACAT,  Action des chrétiens pour l'abolition de la tortureAuteur d'un rapport d'une enquête intitulée "Maintien de l'ordre à quel prix"- Jean-Marc Berlière, historien spécialiste de la police française, professeur émérite à l’Université de Bourgogne et chercheur au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CNRS)- Jean-Michel Schlosser, ancien inspecteur de police, aujourd'hui sociologue, chercheur au Centre d’études et de recherche sur les emplois et les professionnalisations (CEREP) à l’Université de Reims et au Centre de recherches sociologiques sur le Droit et les Institutions Pénales (CESDIP) à l’Université de Versailles.