En cette fin d'année 2018, plusieurs dossiers traités par la justice internationale ont fait la Une, sur RFI comme ailleurs.
Il y a d'abord le cas Laurent Gbagbo, l'ex chef de l'État ivoirien pour lequel la Cour pénale internationale doit se prononcer sur une éventuelle remise en liberté provisoire avant un verdict final. On attendait la décision la semaine dernière, mais on l'attend encore.
Il y a aussi le dossier centrafricain. Alfred Yekatom, "Rambo" a été remis à La Haye le mois dernier et Patrice Edouard Ngaïssona a été arrêté récemment en France sur mandat d'arrêt de la CPI. Tous deux ont été chefs de milices anti balakas.
Il y a enfin eu, plus tôt dans l'année, l'acquittement de Jean-Pierre Bemba, ex vice-président de RDC.
Et pour chacun de ces dossiers, des voix, des critiques se sont élevées contre la CPI. Des voix que nous entendons et qui nous poussent à nous interroger ce soir sur RFI : La justice internationale dispose-t-elle de l'outil adéquat ?
Pour en débattre :
Patrick Baudouin, avocat spécialisé en droit international, président d’honneur de la Fédération internationale des Droits de l’Homme
Florence Hartmann, auteure et ancienne porte-parole de la procureure du Tribunal pénal international