Quand les sportifs mettent leur notoriété au profit d'une cause.

Des poings levés du Black Power des Américains Tommie Smith et John Carlos lors des JO 1968, au genou à terre du footballeur américain Colin Kaepernick à l'été 2016 pour manifester sa solidarité avec le mouvement "Black Lives Matter" ou encore plus récemment, la joueuse de tennis de Naomi Osaka, victorieuse de l’Us Open, qui fait du masque une arme politique en arborant sur son masque le nom d'une victime pour dénoncer le racisme de la police américaine.

De ces gestes symboliques forts, quand retient-on ? Ont-ils un réel impact sur les consciences ? Les Américains ont depuis longtemps utilisé les terrains de sports comme terrain politique, qu'en est-il ailleurs dans le monde ?

Nos invités :- Cécile Coquet-Mokoko, professeur de Civilisation américaine à l’Université de Versailles St Quentin- Sylvain Landa, directeur éditorial du think tank Sport et citoyenneté.