Du Kenya à l’Afrique du Sud en passant par le Sénégal, Éco d’ici Éco d’ailleurs fait le point sur l’impact économique de la pandémie de Covid-19 en Afrique. Comme partout, les industries automobiles et touristiques sont affectées. Et les capitaux privés fuient la région.

Alors que les pays développés font face à une crise économique aigüe doublée aux États-Unis de graves troubles politiques, que l’Amérique latine n’a pas encore atteint le pic de la pandémie de coronavirus, le continent africain semble peu ou prou échapper au cataclysme mondial. La pandémie de Covid-19 touche pour l’instant moins de monde qu’ailleurs. Des mesures de confinement ont été imposées là où c’était possible. Et les conséquences économiques directes sont là.Selon le FMI, le continent africain devrait enregistrer en 2020 une baisse de son PIB de 1,5%, du jamais vu depuis cinquante ans. Que veut dire cette projection ? Faut-il y croire ? Les progrès réalisés par les économies africaines ces dernières années sont-ils compromis ? La pauvreté, le chômage gagnent-ils du terrain ? Les économies africaines doivent-elles continuer à s’endetter ?

Voilà quelques-unes des questions posées par Jean-Pierre Boris à ses deux invités.- Carlos Lopes enseigne à l'École Mandela pour l’administration publique de l’Université du Cap en Afrique du Sud. Il est le haut représentant de l’Union africaine pour ses partenariats avec l’Europe. C’est l’ancien secrétaire exécutif de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique.- Salif Chérif Sy est professeur d’économie à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et consultant indépendant, après avoir été conseiller économique avec rang de ministre à la présidence sénégalaise.

 

C’est peut-être l’un des symboles du coup porté par le Covid-19 à l’économie kenyane. Waiyaki Way, la principale route traversant Nairobi, n’a plus de bouchons. La capitale est la 4e ville la plus embouteillée au monde. Pourtant le trafic a disparu à cause du ralentissement économique. Peter Mwirore est un hawker, un vendeur à la sauvette. En 40 ans de métier, il n’a jamais vu ça.

Reportage de Sébastien Németh

L’Afrique du sud connait un chômage de masse structurel. Les chiffres officiels le situent à 29% de la population active. Mais la réalité est encore plus dégradée et l’impact de la crise née de la lutte contre la pandémie de Covid-19 menace d’aggraver la situation.

Reportage de Claire Bargelès

 

Comme en Europe, le coronavirus a frappé au cœur l’activité touristique africaine. C’est le cas au Sénégal où très important pour l’économie du pays, il représente 10% du Produit intérieur brut. À Dakar, les restaurants ont pu rouvrir sous certaines conditions, distanciation sociale, nombre limité de clients, depuis quelques jours. Les hôtels, eux, restent fermés. Tous les acteurs du secteur attendent et espèrent la reprise.

Reportage de William De Lesseux

 

Les gouvernements qui en ont les moyens tentent de mettre en place des plans de relance. C’est le cas en Afrique du sud. Les agences de notations ont beau avoir placé la note de la dette sud-africaine en catégorie spéculative, cela ne décourage pas Cyril Ramaphosa. Le président sud-africain continue à développer le projet sur lequel il a été élu : attirer près de 90 milliards d’euros d’investissements sur cinq ans. Un plan plus que jamais nécessaire.

Reportage de Claire Bargelès