Sommes-nous à l’aube d’une crise immobilière et/ou d’une crise de la dette en Chine ? La débâcle financière d’Evergrande pose de nombreuses questions pour l’avenir des grandes entreprises chinoises, jusque-là protégées par le pouvoir communiste. Dans le même temps, Pékin affiche une toujours plus grande nervosité face aux géants de la Tech (Alibaba, Didi, et bien d’autres) soupçonnés notamment de pratiques anti-concurrentielles. Pour en parler, nos invités sont Jean-François Dufour, directeur de DCA Chine-Analyse et Bertrand Hartemann, spécialiste des questions d’innovation en Chine.

À écouter : 

  • notre dossier (en version enrichie) sur l’économie chinoise :

En Asie, en Afrique, en Europe, et sur tous les autres continents, c’est l’un des grands défis du moment. Comment nourrir tous les terriens, à l’heure où la pauvreté s’aggrave, à l’heure du changement climatique qui perturbe parfois les chaînes d’approvisionnement ? Au cœur de cette problématique, il y a les agriculteurs, indispensables pendant cette crise du Covid qui a cloisonné la planète, et parmi eux les éleveurs.  

Pour en parler, notre invité est Philippe Chotteau, économiste à l’Institut français de l’élevage, en ligne du SPACE (Salon international des productions animales). 

Reportages : 

► Au Mali, l’année qui vient de s’écouler a été morose, en tous cas en deçà des prévisions dans le secteur de l’élevage. L’augmentation du prix de l’aliment bétail, conséquence de la crise de la Covid 2019, a réduit les bénéfices de la filière. Malgré l’insécurité qui sévit dans le pays, les éleveurs rêvent d’accroître leurs revenus à moyen terme. Kaourou Magassa est l’un des correspondants de RFI au Mali. 

► La population mondiale augmente, il faut donc produire plus, par exemple en Chine et ses élevages gigantesques. Mais pour produire efficacement, il faut compter les bêtes. Dans ce pays champion de la reconnaissance faciale, très présente dans les mégalopoles, la technologie a été jugée trop chère pour les élevages. L’intelligence artificielle est donc essentiellement utilisée pour comptabiliser le cheptel. À Pékin, reportage de Stéphane Lagarde et Huang Chen Kuang. 

► Les prix des productions animales dépendent aussi des échanges mondiaux qui, depuis 20 ans, sont en forte croissance. La demande en viande est soutenue notamment dans les pays en développement. Pour les pays producteurs, deux défis : trouver de nouveaux débouchés, mais aussi protéger leurs éleveurs. Explications de Patricia Lecompte, journaliste au service Économie de RFI. 

► En Bretagne, des tonnes d’ammoniac sous forme de gaz issu à 95% de l’activité agricole (épandage de lisier et engrais azoté) sont émises chaque année. C’est ce que démontre une enquête du média d’investigation breton Splann. Caroline Trouillet est la journaliste auteure de l’enquête. 

► C’est une tendance dans les sociétés occidentales : le développement de la viande végétale. Beaucoup de Français, par exemple, veulent limiter leur consommation de viande classique. À la manoeuvre, de grands groupes industriels mais aussi des start-up, comme «les nouveaux fermiers», créée en 2019. Anne Verdaguer les a rencontrés dans un restaurant parisien. 

À vos sécateurs ! En ce mois de septembre 2021, les vendanges sont lancées dans de nombreuses exploitations. La viticulture est un secteur essentiel de l’économie dans quelques pays sur tous les continents, avec une production mondiale qui souffre cette année. 

  Pour en parler, Agnieszka Kumor, spécialiste de l’économie viticole à RFI. 

 

Reportages : 

► La Californie est à lui seul le 4ème producteur mondial de vin. 95% des vins exportés par les États-Unis viennent de là-bas. C’est une énorme industrie dont l’impact est estimé à plus de 50 milliards de dollars par an et 32  000 emplois. Problème : la Californie est soumise depuis plusieurs années à la sécheresse. Comment les vignobles font face à la situation ? Loïc Pialat est le correspondant de RFI à Los Angeles. 

► Au printemps 2021, la quasi-totalité des vignobles français a subi plusieurs nuits consécutives de gel sévère alors que la vigne venait à peine de commencer à bourgeonner. Conséquence : des pertes énormes. Illustration de ces dégâts dans le département de l’Ardèche. Ariane Gaffuri a rencontré un jeune viticulteur à Saint-Péray, vignoble réputé pour son vin blanc pétillant. 

 

Pour commenter ou poser des questions:

  • Facebook Éco d'ici éco d'ailleurs

  • Twitter Éco d'ici éco d'ailleurs