Nous vivons ici à Paris des heures étranges, des heures inquiétantes. Comme en Italie, comme en Espagne, la présence du coronavirus paralyse le fonctionnement de nos sociétés et de nos économies. L’Europe est, en ce moment, la principale zone mondiale affectée par l’épidémie.

Quel est l’impact réel aujourd’hui ? Quel sera-t-il demain ? Les mesures des gouvernements européens sont-elles adaptées, les États-Unis réussiront-ils à endiguer la crise économique qui les menace aussi ?, telles sont les questions que nous allons poser aujourd’hui à nos invités.

  • Fabrice Le Saché, vice-président du MEDEF

  • Christian de Boissieu, professeur émérite d’Économie à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et vice-président du cercle des économistes.

  • Francesco Saraceno, économiste à l’OFCE, le centre de recherche en économie de Sciences-Po, conseiller de plusieurs présidents du Conseil italien. Il vient de publier, aux Éditions Odile Jacob, un livre intitulé Le temps retrouvé de l’économie, cosigné par Jean-Luc Gaffard et Mario Amendola.

► Les Reportages

La question de savoir quelles activités sont essentielles ou pas, et doivent être maintenues ou pas, se pose… Dans le BTP par exemple, avec des organisations professionnelles indignées par l’appel du gouvernement à poursuivre le travail sur les chantiers… ou encore chez Renault, qui a fermé l’essentiel de ses sites… mais pas tous… pour le plus grand mécontentement et la plus grande inquiétude des salariés… Un reportage Éco d’ici Éco d’ailleurs signé David Baché.

L’Italie a été le premier pays européen durement touché par le Coronavirus. Dès février 2020, les premières mesures de confinement ont été prises avant d’être peu à peu étendues à tout le pays. L’impact sur l’économie italienne devrait être lourd. Et les prévisions se dégradent rapidement. La semaine dernière, Oxford Economics prévoyait une croissance à -3% en 2020 pour l’Italie. Cette semaine, ces analystes ont encore revu leur copie et l’ont abaissé à -3,5%. Dans l’immédiat, l’urgence c’est de maintenir à flot entreprises et travailleurs, Pauline Gleize.

En Pologne, les restaurants, les bars ont fermé. Les salariés sont appelés à faire du télétravail. L’économie tourne au ralenti depuis lundi 16 mars 2020. La monnaie nationale, le zloty, s’est effondrée par rapport à l’euro. Alors, le gouvernement a annoncé, mercredi 18 mars, un plan de soutien de 50 milliards d’euros. Soit près de la moitié du budget de l’État prévu pour 2020. Sur place, on s’interroge. Est-ce que ce plan sera suffisant pour surmonter la crise. Des éléments de réponse avec ce reportage Éco d’ici Éco d’ailleurs signé Thomas Giraudeau à Varsovie.