Les principaux produits agricoles n’échappent pas à la tourmente économique déclenchée par la pandémie de Covid-19. Bien que les récoltes soient au rendez-vous, les importations de céréales sont difficiles et la sécurité alimentaire mondiale est menacée.

Dans ces temps mystérieux et angoissants de pandémie du Covid-19, quand des économies entières sont à l’arrêt, quand leur redémarrage laisse à découvert la casse sociale provoquée par la crise économique, quand les frontières se ferment et s’ouvrent à grand peine, les échanges commerciaux sont difficiles. C’est le cas pour les masques, pour les produits industriels, mais aussi pour les produits agricoles. C’est à ces questions agricoles que cette émission est consacrée.

Quel est l’impact de la pandémie de Covid-19 sur la circulation des denrées de base de notre nourriture. Le blé, le riz, le maïs, pour ne citer que ces produits- là, sont-ils bloqués dans des silos loin des consommateurs ? Leurs prix flambent-ils ou s’effondrent-ils ? L'aspiration à des politiques d’autosuffisance alimentaire est-elle renforcée ou les paysanneries sont-elles abandonnées à leur sort ?

Toutes ces questions et bien d’autres posées aux trois invités de cette émission :

- Patricio Mendez del Villar, économiste au Cirad, est un spécialiste du marché mondial du riz et des filières rizicoles en Afrique de l’Ouest. Il suit également les dynamiques agricoles en Afrique de l’Ouest et du centre et leur impact sur la sécurité alimentaire,

- Sébastien Abis, chercheur associé à l’IRIS, l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques, dirige par ailleurs le club de réflexion Demeter qui se consacre aux analyses sur les enjeux agricoles et alimentaires internationaux,

- Frédéric Courleux, ingénieur agronome et directeur des études du club de réflexion Agriculture Stratégies.

Autres Éléments

►Reportages

Un exemple de problématique soulevée par l’épidémie de Covid-19 avec ce qui se passe et se dit au Mali. Le pays a, depuis de longues années, l’ambition d’être autosuffisant en riz. Mais malgré ses efforts, il doit toujours en importer. Écoutez ce reportage signé Coralie Pierret, la correspondante de RFI à Bamako.

Voilà un autre continent, un autre pays, un produit peut-être pas aussi vital pour les consommateurs mais assurément pour ses producteurs. Sur le continent latino-américain, l’Équateur est le premier producteur de bananes au monde. Pour le pays, c’est une ressource-clé. Mais, la situation internationale frappe de plein fouet les petits producteurs équatoriens. C’est un reportage Éco d’ici Éco d’ailleurs signé Éric Samson à Quito.

Bien sûr, les échanges agricoles ne concernent pas que les denrées directement alimentaires. La fermeture des économies internationales affecte la filière textile et au démarrage de cette filière textile, il y a pour partie la production cotonnière. Exemple de ce qui se passe en Afrique de l’Ouest avec ce reportage Éco d’ici Éco d’ailleurs signé Yaya Boudani à Ouagadougou au Burkina-Faso.