Depuis que la pandémie de coronavirus et la crise économique ont démarré, en France, l’État a déversé des tombereaux d’argent sur les ménages et les entreprises. Le moment est venu de tirer un premier bilan et de se demander comment ces sommes importantes ont-elles influencé la répartition des richesses dans la société française ? Comment la France a-t-elle traversé la crise pour ce qui est des niveaux de revenus de la population ? Le sait-on déjà ? Le «quoi qu'il en coûte» affiché par l'État a-t-il protégé les plus vulnérables. Plus généralement, la France est-elle un pays égalitaire, comme le dit la devise affichée sur les frontons de ses bâtiments publics ? Voilà les questions que nous évoquons, dans cette émission, avec trois invités.

  • Louis Maurin est sociologue et dirige, dans la ville de Tours, l'Observatoire des inégalités, un organisme indépendant qui publie depuis 2003 un rapport bisannuel sur les inégalités en France. Il a publié «Encore plus ! - Enquête sur ces privilégiés qui n'en ont jamais assez», chez Plon. 

  • Delphine Pouchain est maîtresse de conférences en Sciences économiques à Sciences-Po Lille. Elle y codirige la préparation à l’Agrégation de sciences économiques. Et a dirigé la rédaction d’un livre collectif intitulé «Économie des Inégalités» chez l’éditeur Atlande. 

  • Lucas Chancel est le co-directeur du Laboratoire sur les inégalités mondiales, et professeur affilié à Sciences Po. Il est également chercheur associé à l'École d'Économie de Paris (PSE) et à l'Institut du Développement Durable et des Relations Internationales (IDDRI). 

Nos reportages : 

► L'une des premières manifestations de la pauvreté, d'une pauvreté exacerbée par la crise du Covid-19, c'est la difficulté à se nourrir. Exemple à Marseille avec l'histoire d'un ancien restaurant McDonald's qui avait été réquisitionné illégalement par des habitants pour y monter en urgence une banque alimentaire pour répondre à la détresse des populations de ces quartiers défavorisés. Une occupation illégale, une menace d'expulsion.  Et puis finalement,  le maire de la ville Benoît Payan a volé au secours des habitants… La municipalité va acheter le terrain et sauver la banque alimentaire de l'expulsion car les besoins d'aide sociale et alimentaire dans ces quartiers défavorisés sont toujours là. C'est un reportage Éco d'ici Éco d'ailleurs signé Stéphane Burgatt, à Marseille.

► L’inégalité dans l’accès aux droits à la santé s’est renforcée avec la crise sanitaire. C’est ainsi que plusieurs associations ont dû aller davantage à la rencontre des personnes vulnérables pour qu’elles puissent se faire soigner. La santé n’est pas toujours la première des priorités pour les personnes défavorisées. Exemple avec ce reportage Éco d'ici Éco d'ailleurs signé Aabla Jounaidi, qui a été tourné à Paris et dans sa périphérie.

► L'une des conséquences de la pandémie a été la recherche d'espaces. Les gens qui en avaient les moyens ont quitté Paris et les grandes villes pour aller près de la nature, là où il y avait de la place pour bouger. Et cela a eu un impact sur le coût du logement dans ces zones privilégiées. Écoutez ce reportage Éco d'ici Éco d'ailleurs, signé Solène Leroux.